« Les personnes handicapées continuent d’être victimes de préjugés sur le lieu de travailé, ont déclaré les militants handicapés, après que les derniers chiffres du gouvernement ont montré qu’ils étaient payés en moyenne 12,2% de moins que les personnes non handicapées, soit l’équivalent de 1,48 £ l’heure.

Selon les données de l’Office for National Statistics (ONS), la rémunération médiane des employés handicapés en 2018 était de 10,63 £ l’heure, contre 12,11 £ l’heure pour leurs collègues non handicapés.

L’écart de rémunération pour incapacité était le plus important pour les personnes classées comme ayant une déficience mentale – définies par l’ONS comme étant la dépression et l’anxiété, la maladie mentale, les troubles nerveux, l’épilepsie ou les troubles d’apprentissage – qui gagnaient en moyenne 9,82 £ de l’heure.

Les personnes souffrant d’un handicap physique ont été confrontées à un écart de rémunération de 9,7% (gagnant 10,90 £ l’heure) tandis que celles souffrant d’autres handicaps – définis comme atteinte par le cancer, le VIH et la sclérose en plaques – ont été confrontées au plus petit écart, soit 7,4% (11,18 £ l’heure).

L’écart de rémunération le plus important se situait à Londres, où les employés handicapés étaient payés 15,3 % de moins que les employés non handicapés, tandis que l’écart le plus étroit se situait en Écosse, à 8,3 %.

James Taylor, responsable des politiques et des affaires publiques de l’association caritative pour l’égalité des personnes handicapées Scope, a déclaré : « L’écart salarial des personnes handicapées est un symptôme accablant de l’entrave qu’elles subissent dans le monde du travail ».

« Beaucoup de choses s’opposent aux personnes handicapées pour les empêcher d’entrer, de rester et de progresser dans la vie active. Parfois, ce sont des attitudes et des hypothèses négatives, ou un manque d’ajustements raisonnables qui freinent les personnes handicapées. Parfois, il s’agit simplement d’un manque de compréhension ou de savoir-faire de la part des employeurs ».

Bien que l’écart de rémunération soit resté pratiquement inchangé depuis 2014, les statistiques de l’ONS montrent que l’écart d’emploi des personnes handicapées s’est légèrement réduit depuis 2013. En 2018, 50,9 % des personnes handicapées en âge de travailler occupaient un emploi, contre 80,7 % des personnes non handicapées, soit un écart de 29,8 points, contre 34,2 points en 2013.