Le Cercle Vulnérabilités et Société à présenté mi-février des pistes de travail pour faciliter le travail des personnes en situation d’handicap.

Changer de culture, autant à l’école, qu’en entreprise

Parmi toutes ces propositions, la première consiste à passer d’une culture de l’exception à une culture du commun, afin que le simple statut de personne handicapée ne soit pas clivant.

Il est donc question de faire évoluer les façons de sensibiliser au handicap, que cela soit dans un environnement d’entreprise, dans la fonction publique ou bien dans un environnement scolaire.

La deuxième proposition traite le travail, avec pour but la reconnaissance de la vulnérabilité des membres du personnel. Ces derniers peuvent avoir des problèmes de santé, ou bien faire face à un problème financier suite à une séparation. L’objectif est donc d’élargir le cercle des travailleurs handicapés aux termes de « travailleurs à besoins spécifiques » afin de clarifier et d’affiner les pratiques managériales.

Différencier l’aide selon les territoires

La troisième proposition met en cause ”notre tradition jacobine et centralisatrice”, selon Tanguy Châtel. Elle veut avant tout valoriser les actions locales par la mise en place d’une “mission emploi territoriale”. Cette dernière regrouperait les maisons départementales des personnes handicapées, ainsi que les associations locales.

Le gouvernement, attentif à cette batterie de propositions

Le Cercle Vulnérabilités et Société est totalement indépendant et autonome, il a tout de même  travaillé en collaboration avec les pouvoirs publics.

Les propositions seront dévoilées en compagnie de Sophie Cluzel, secrétaire d’État aux personnes handicapées. Elle devrait notamment profiter de cette occasion pour rappeler qu’elle milite pour que que les droits des personnes en situation d’handicap entrent dans le droit commun.

Elle devrait aussi en profiter pour faire valoir les dernières avancées sur la matière, avec la reconnaissance à vie de la qualité de travailleur handicapé, ainsi que la simplification de leur recrutement par les employeurs dès 2020.