Pas de jeans, pas de coutures qui grattent et absolument pas d’étiquettes. Les tissus doivent être doux et les pantalons doivent avoir une taille élastique.

Un certain nombre de grands détaillants s’efforcent de simplifier les achats de vêtements pour Noël pour les personnes handicapées ou ayant des besoins médicaux particuliers. Ils lancent et développent des lignes de vêtements « adaptés », notamment des chemises avec un accès caché aux ports médicaux et des pantalons qui peuvent être facilement enfilés d’une seule main. Les boutons sont remplacés par des fermetures magnétiques et les manches des vestes sont maintenues en place par des trous de pouce.

Simplifier la vie des clients handicapés

Alors que les marques de vêtements vantent ces efforts comme une étape importante vers l’inclusion, les analystes affirment qu’il s’agit également d’une question de logique commerciale.

« Nous commençons à voir le marché de l’adaptatif prendre de l’ampleur, avec davantage de détaillants et de marques qui y prêtent attention », a déclaré Erin Schmidt, analyste chez Coresight. « Mais il y a encore beaucoup de place pour la croissance. De nombreuses marques ne font que commencer, en essayant de savoir par où commencer. »

En 2017, Tommy Hilfiger est devenu la première marque grand public à introduire une telle ligne. Depuis, un certain nombre de grandes surfaces ont ajouté des vêtements plus accessibles et inclusifs. Mais les parents disent que des défis subsistent. De nombreux articles adaptatifs ne sont vendus qu’en ligne, et dans des tailles limitées, ce qui rend difficile d’équiper les nourrissons et les adolescents. Et si les vêtements peuvent répondre à un problème – éliminer les coutures qui grattent, par exemple – ils n’en prennent souvent pas d’autres en compte, comme laisser suffisamment de place pour les couches ou placer les appareils médicaux hors de portée des tout-petits.

Un marché à conquérir

« Le marché s’est vraiment développé – de nombreuses marques, à tous les niveaux de prix, ont finalement compris qu’être inclusif signifiait aussi servir les personnes handicapées – mais il reste encore beaucoup de travail à faire », a déclaré Kerri McBee-Black, professeur de gestion du textile et de l’habillement à l’université du Missouri, où elle étudie comment les vêtements adaptés sont produits et commercialisés auprès des personnes handicapées. « Comme ce consommateur a été ignoré pendant si longtemps, les détaillants ne comprennent toujours pas complètement ses besoins, pour être tout à fait honnête. »

Le vendeur de chaussures en ligne Zappos a ajouté les vêtements adaptés en 2017, après avoir entendu une cliente qui ne trouvait pas de baskets que son petit-fils autiste de 11 ans pouvait enfiler tout seul. Aujourd’hui, il vend des milliers d’articles faciles à enfiler, et a commencé à permettre aux acheteurs d’acheter une seule chaussure, ou une paire dans différentes tailles, en fonction de leurs besoins.

« Les gens disent qu’il s’agit d’un marché de niche, mais quand on voit le nombre de personnes handicapées, il y a vraiment une énorme opportunité pour les vêtements adaptés », a déclaré Dana Zumbo, responsable du développement commercial de Zappos Adaptive. « Nous avons des conversations avec les marques, pour les aider à comprendre que de petites modifications peuvent ouvrir le marché à beaucoup plus de personnes. »

Tommy Hilfiger vend désormais ses produits adaptés dans le monde entier, en Europe, au Japon et en Australie. La ligne, dont le prix varie entre 15 et 200 euros, comprend des maillots de bain avec des fermetures latérales et des soutiens-gorge de sport avec des attaches magnétiques. Les responsables ont modifié des pièces de la collection classique de la marque pour les rendre plus faciles à enfiler et plus confortables. Les boutons et les fermetures éclair sont remplacés par des aimants et du Velcro. Les jambes des pantalons sont élargies pour faire de la place aux appareils orthopédiques et aux prothèses. Et les montres sont équipées de bracelets magnétiques en maille.

« Il y avait une énorme lacune à combler », a déclaré Sarah Horton, directrice principale de l’innovation chez Tommy Hilfiger. « Les personnes handicapées ont été largement négligées et exclues par l’industrie de la mode. »